Home » 15 ans d'action politique » A l'Assemblée » Mécanisme Européen de Stabilité : Pourquoi je me suis abstenu.

Mécanisme Européen de Stabilité : Pourquoi je me suis abstenu.

Hostile aux modalités du Mécanisme Européen de Stabilité, mais favorable au projet d’instauration d’un tel mécanisme, j’ai choisi de m’abstenir. Pourquoi ?

Le MES livré par le Gouvernement au débat parlementaire comporte des clauses parfaitement inacceptables : la conditionnalité de la solidarité ainsi créée à l’austérité perpétuelle et à la ratification du Traité d’austérité imposée par la Chancelière d’Allemagne, l’ingérence du FMI, et surtout l’absence de transformation du MES en outil de monétisation de la dette par la Banque Centrale Européenne.

Le MES contient également des éléments que nous ne pouvons qu’approuver : son existence même, que nous avons sans cesse réclamée, outil de nature -s’il est bien employé- à briser la spéculation en permettant aux Etats de la zone Euro de racheter avec le MES les dettes publiques attaquées par les marchés ; la possibilité de faire payer les banques, ce pour quoi je milite depuis longtemps (ce sont les « participations privées » prévues dans le MES).

Ainsi, vouloir bâtir une autre Europe, et réorientée suppose que nous adoptions un MES d’une autre nature. C’est pourquoi j’ai refusé d’adopter ce Traité, dangereux et inspiré par une vision de la crise et de ses solutions comme stupidement « austeritaire ».

Mais je dois aussi, en ma qualité d’ancien candidat à la primaire citoyenne, à François Hollande, le vainqueur désigné de ces primaires, la loyauté et le respect d’une position commune et unitaire, dans la campagne présidentielle. Il est le candidat et lui seul, et il doit pouvoir compter sur la solidarité des autres candidats qui se sont engagés dans le processus innovant de Primaires à appuyer le vainqueur après sa désignation.

Que la gauche vote contre ou s’abstienne n’a de surcroît aucune espèce de conséquence concrète, car la droite elle-même est parfaitement unie comme dans un bloc pour faire adopter son Traité Merkelien. Le débat entre l’abstention et le vote contre est donc parfaitement inutile et indifférent à l’issue du vote de ratification, puisque la gauche est minoritaire à l’Assemblée Nationale pour -espérons le- quelques semaines seulement.

L’enjeu n’était donc pas de faire basculer la majorité sur ce vote. Il ne s’agit que d’une division recherchée dans la gauche par la droite, inutile et contre-productive dans la période actuelle.

Mais nous dira-t-on : « Est ce que l’abstention n’empêche-t-elle pas de provoquer la renégociation du Traité d’austérité signé par les droites européennes ? » Non, tout au contraire, car le refus d’approuver ce Traité, tout en souhaitant une solidarité financière entre pays membres de la zone Euro, signe des aujourd’hui l’absence de majorité au Parlement en cas de victoire de la gauche pour la ratification du traité Merkel-Sarkozy, que la France ne ratifiera donc pas, après l’élection présidentielle du mois de mai. La renégociation vient donc d’être inévitablement inscrite à l’ordre du jour par nos votes.

Le vote contre marquerait certes un refus du MES, tout comme l’abstention marque le même refus, mais il a pour conséquence défavorable de désavouer notre propre souhait que nous avons émis conjointement avec le SPD allemand d’une solidarité financière entre pays de la zone Euro. Il offre en prime au candidat Sarkozy l’argument supplémentaire et inutile de notre division.

Au total, il s’agit d’un vote de confiance en François Hollande, et dans le mandat politique qu’il cherche à obtenir des Français pour la renégociation des Traités d’austérité inventés par les droites européennes, et qui refuse d’approuver ce MES quelle qu’en soit la forme et l’expression signé quelques semaines avant l’alternance.

Il ne sert à rien de permettre à la droite de se saisir de notre division pour s’exonérer de sa responsabilité historique devant les Français. Nous devons, au contraire, l’interpeller sur les conséquences réelles ou prévisibles de sa politique, qui est le contraire d’une stratégie de sortie de crise.

Mots clés:
Publication précédente
Publication suivante
the_content();

253 Réactions

  1. e0 ceux qui croient que l’Eglise a joutours e9te9 misogyne (et le serait encore),Il suffit de lire, par exemple, La Tyrannie du Plaisir de Jean-Claude Guillebaud pour se convaincre que l’Eglise a joutours veille9 e0 l’e9galite9 des conjoints dans l’union conjugale sur les points suivants:1) Exigence du consentement chez l’e9pouse (et ceci n’a rien e0 voir avec une question patrimoniale !!! mais beaucoup e0 voir avec le caracte8re sacramentel du mariage).2) Fide9lite9 conjugale exige9e du mari e0 l’e9gard de la femme exactement comme de la femme e0 l’e9gard du mari.3) Souci de la jouissance sexuelle des femmes dans l’union conjugale, perceptible e0 partir du XIb0-XIIb0sie8cle. Il est vrai, comme le rappelle Guillebaud, que le clerge9 voyait dans la jouissance sexuelle fe9minine un facteur de fe9condite9 conjugale. Mais il y avait aussi un de9sir que l’union conjugale soit harmonieuse, que la femme ne soit pas traite9e par son mari comme une simple chose. Karol Wojtyla dans l’appendice sexologique d’Amour et responsabilite9, qui remonte aux anne9es soixante, s’inscrit dans cette tradition qui l’a amene9 e0 prendre tre8s au se9rieux les travaux des sexologues Master et Johnson.Enfin, dernier point:4) l’invention des ordres religieux fe9minins a e9te9 aussi la possibilite9 pour bien des femmes de se voir reconnaeetre une destination spirituelle juge9e plus haute que le mariage et la procre9ation. Je rappelle que les voeux religieux e9tant des voeux, nul ne peut eatre contraint de les prononcer sous peine de nullite9. Il en va de meame que pour le mariage, ente2che9 de nullite9 en cas de contrainte. Il n’est pas inutile de dire que ces re8gles existent depuis que l’Eglise existe meame s’il ne lui a pas joutours e9te9 facile de les faire appliquer.Il n’y a aucun sens e0 parler des femmes, de la sexualite9 fe9minine, dans leur rapport avec l’Eglise sans avoir en teate ces 4 points e9le9mentaires que nul historien ne conteste.Je rappelle au passage qu’e0 l’e9poque de la re9daction de la Tyrannie du Plaisir, Guillebaud e9tait incroyant et que son enqueate sur l’Histoire de la sexualite9 a e9te9 le premier pas de son retour vers l’Eglise. Je vous souhaite de faire le meame chemin. Pour cela,la me9thode est simple: ne croyez pas ceux qui vitupe8rent e0 tort et e0 travers et fiez-vous seulement e0 des livres bien re9fe9rence9s

  2. Shaik,Nathaniel et consorts (le même sous plusieurs pseudo?),vous sortez peut-être de sciences po,mais l’orthographe et la langue française,vous n’avez pas imprimé!!
    Moi,quand je commence à lire que les clients de mac do sont des cons,et certaines filles des connasses (merci pour elles,surtout le 8 mars!!),je me dis que ça vole vraiment au ras,trés au ras des paquerettes.

    Qui que vous soyez,sur ce blog,on est critique,voire caustique,mais jamais insultant.
    Et surtout on essaie d’être compréhensible et constructif,ce qui n’est pas votre cas.Provoc??

    Il ne faut pas trop « facebooker » ou » twitter »…à la longue,les neurones en prennent un sacré coup!!!

  3. Rappelons à monsieur Arlème Désir,qui répond à la provocation d’une journaliste dans le journal du 22 sur LCP,qui lui demande si Martine Aubri serait le choix du candidat Hollande pour être le locataire de Matignon,que le vote utile n’est pas la référence et la panacée de tous les électeurs,c’esrt même le contraire,car nous avons l’intention de voter comme il nous plaira,pour rappeler à celui qui sera élu,qu’il lui faudra compter avec les composantes qui lui permettront de gouverner avec une majorité légitimé et reconnu de toute la gauche,de la même façon que vous le feriez dans le cas de la victoire d’un autre candidat au premier tour,par exemple de mr Mélenchon.Qu’il faudrait qu’il envisage les alliances comme un ralliement à sa personne et comme une négociation entre les différentes forces,qui pourraient s’entendre,sur la base de certains compromis politiques et donc des rapports de forces.

  4. Re:lesv_89 Bravo pour citer ce député, M. Jean-Pierre Brard ,un vrai ,tout à fait,j’attendais cette réaction depuis longtemps.Je n’avais pas eu le temps de m’en souvenir,étant acaparé,par tant de taches,c’est cela,le partage naturel des sensibilités ,des gens qui pensent à mettre en commun quand vous êtes épuisé,encore bravo pour la vidéo,ce député est unique, combien de débats passionnants sur LCP dans questions au gouvernement et autres débats avec ce monsieur digne. .avancez pour la « perte de souveraineté » au bénéfice de non-élus, je vous conseille vivement la fin de son intervention et sa citation de la Constitution) Bémol,cependant,Sarkozy élu si il en est,cela lui profite au plus au point.

  5. Monsieur Montebourg,
    Honnêtement , peut on tenir les propos antimondialistes que vous tenez et soutenir la candidature de Hollandréou ?
    Est-ce pour pêcher les voix des souverainistes ou
    attendre un ministére?
    Devant cette ambiguité, il est préférable de voter
    pour Mélenchon ,Dupont Aignan, ou le FN. Mélenchon
    se désistera en faveur de Hollandréou ,n’ayant aucune chance d’être élu.Ce serait
    en fait voter Hollandréou!

  6. Attention à la langue française, à sa grammaire !

    - Mais nous dira-t-on : « –> Est ce que -t-elle des <– aujourd’hui l’absence de majorité au Parlement [...]

  7. Dommage, mon commentaire tronqué, peut-être limité à peu de caractères ou sensible aux caractères HTML, ne veut pas dire grand chose !
    Il voulait indiquer l’erreur de la double négation puis de « des » employé à la place de « dès ».

  8. Je soutiens votre position de rester neutre. C’est la meilleure des choses à faire.

  9. M le ministre,
    Cous avez eu 10 fois raison de vous abstenir et la suite vous a donné raison. Cela s’explique en une inégalité
    du point de vue économique. Un dette est soutenable si r<g+i : -r taux 'interet réel payé sur la dette (une année donnée) – g croissance potentielle (ou réelle suivant les appréciations..), i taux d'inflation. Or le MES propose des
    taux à 5%, qui ne sont pas soutenables pour les pays soi disant assistés, car il leur faudrait 3% de croissance, et 2% et l'inflation max tolérée par la Bce. L'assouplissement lancé en 2015 a montré que l'Espagne a eu raison de ne pas souscrire au MES, tout comme vous..

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Haut de page
loading